Erreur de propos lors de la réunion

Et oui, il arrive que je puisse commettre des erreurs, par mauvaises informations, choses peu rares dans notre groupement.

Je vous joints, ci-dessous, avec son accord, copie du courrier de Kristian Chenard, occupant maintenant le magnifique poste de retraité, après avoir occupé la présidence de l’AFMI.

Kristian Chenard a relevé des erreurs dans mes propos lors de la réunion du 9 janvier et il a eu la gentillesse de me le faire savoir, avec l’apport des explications à son correctif.

Je lui en suis reconnaissant. Seul ce genre de partage peut nous faire avancer et développer ensemble ce projet d’envergure.

Stéphane Riou
présidence du GNPP Ile de France

« Bonjour,

J’ai suivi avec attention votre réunion, étant en retraite depuis 3 ans, je n’ai pas vocation à m’immiscer dans le débat sur l’avenir du GNPP. Cependant, je souhaiterais apporter quelques précisions au regard de ce que je connais.

Vous avez indiqué que le GNPP ne siégeait pas aux réunions paritaires, ce qui est inexact; Il y a une quinzaine d’années, Louis Laurent, alors président du GNPP m’a nommé pour le remplacer, de cette date et jusqu’en janvier 2014, j’ai représenté le GNPP (d’abord en compagnie de Bernard Languille, puis tout seul), durant toutes ces années passées aux côtés de P. Paillat, je n’ai dû manquer qu’une ou deux réunions, prenant à tour de rôle avec Philippe les présidences dévolues à la partie patronale. En janvier 2014, à ma retraite et après un changement de domicile, j’ai demandé à être relevé de ma mission. Quelques mois plus tard, le GNPP n’ayant pas trouvé de remplaçant, on m’a demandé de revenir ce que j’ai fait jusqu’en juillet 2015 ( Stéphane Vivas, représentait également le GNPP).
Il est exact que le GNPP n’a pas participé aux réunions sur l’identité, mais P. Paillat, alors président de la CFP (le GNPP en étant membre à 50%), avait pouvoir de représenter les deux structures de la CFP. assisté de Fatima.

Vous avez indiqué que en 2016 l’AFMI avait prêté de l’argent au GNPP. En réalité, le GNPP avait besoin de 30 000 euros pour être représenté au GIE. l’AFMP a apporté cette somme, 20 000 euros sous forme de don, 10 000 euros sous forme de prêt (accord entre A. Guyot, président de l’AFMP et JF. Bernetel, président du GNPP).

Vous avez indiqué que l’AFMI aidait le GNPP par une surfacturation des pages de pub. Cette fable a largement circulé, valant à l’AFMI un contrôle du commissaire aux comptes sur dénonciation, sans suites car l’AFMI a toujours payé les pages de pub au même tarif que les autres annonceurs (comme Fuji) selon contrat publicitaire (en plus l’AFMI bénéficiait dans le journal de la mise an avant de son calendrier gratuitement), il en est de même pour les emplacements des stands aux congrès, toujours payés au tarif en vigueur.

Vous avez indiqué de façon juste que le GNPP avait créé l’AFMP (Association loi 1901), la séparation des 2 structures a eu lieu sous la présidence de D. Santucci, pour se conformer aux textes en vigueur sur le financement des syndicats. Par la suite, l’AFMP, sur injonction des services fiscaux a dû créer la société AFMI pour se conformer aux textes sur la concurrence, l’AFMI appartient à 100% à l’AFMP.

Espérant que ces précisions vous seront utiles, je reste à votre disposition pour des compléments d’information dans la mesure de mes connaissances et vus souhaite une bonne année et de la réussite dans vos projets.

Kristian Chenard »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.