Allumer le feu ! La suite

Bonjour,

Suite aux déclarations du premier ministre et à la publication du « Programme du gouvernement en faveur des travailleurs indépendants« , voici quelques points pour résumer l’action future du gouvernement à notre égard :

Il y aura une baisse de cotisation sociale destinée à compenser le surcout de la CSG.

Exonération dégressive des cotisations d’assurances maladie maternité pour revenu annuel < 43000 Euros.

CA < à 5000 Euros, exonération de la CFE (cotisation foncière entreprise).

Donc :

      • Baisse des cotisations famille 2,15 points.
      • Baisse dégressive de 5 points pour cotisations maladie si revenu < 43 000 €.
      • Exonération CFE si revenu < 5 000 €.

Année blanche pour créateur ou repreneur d’entreprise si revenu annuel 1ère année < 4 000 €.

Extension de l’ACCRE à tous les créateurs/repreneurs d’entreprises.

Exonération complète de charges Sécurité Sociales si revenu < 30 000 € et dégressif jusqu’à 40 000 €.


Les plafonds des régimes micro-entrepreneurs sont rehaussé à compter de 2018, passant à 70 000 et 170 000 Euros.

Les seuils de TVA sont inchangés (respectivement 33 200 et 82 800 Euros).

Cela permet, en bref, de réaliser un CA annuel allant jusqu’à 240 000 Euros, avec des charges minorées par rapport au statut d’artisan, et de ne payer de la TVA que sur la moitié du chiffre d’affaire la première année.


Le RSI prend fin et sera intégré au régime général d’ici le 31 décembre 2019.


Voici donc un résumé des annonces faites hier.

Il semble donc qu’un gros effort est réalisé pour les créations d’entreprises et pour les entreprises ayant un faible chiffre d’affaire, voir très faible (< 5000 Euros).

Le premier ministre parle, dans son programme, de l’augmentation de pouvoir d’achat de 75% des travailleurs indépendants. Il semblerait qu’il ait pris en compte l’existence de dizaine de milliers d’entreprises réalisant des chiffres d’affaires minimes, ayant une rentabilité douteuse , voire inexistante, pour créer son programme.

Une analyse plus détaillée va être réalisée en rapport à ces informations.

Depuis un peu plus d’un an, vous êtes nombreux à nous lire, à « liker » nos messages. Aujourd’hui, de nombreux groupements professionnels ont du mal à réagir, à défendre notre métier. J’ai besoin, notre profession a besoin, d’avoir votre ressenti. Pas un ressenti émotionnel (tous des pourris, c’est très bien, j’adore …), mais un ressenti d’entrepreneur car ces mesures touchent notre fondement professionnel et l’économie de nos entreprises, quelles qu’en soient la taille. Il y a quelques mois, j’ai posé une question sur ce site : quels sont les problèmes que rencontrent les photographes ? J’ai eut l’énorme surprise de voir que notre profession n’avait aucun problème. Pas une seule réponse. Et pourtant, lors de discussion avec nombres d’entre vous, nous évoquons régulièrement des problèmes de tout ordre, législation, statuts, tarifs, contrats …

Aujourd’hui, à la fin de la lecture de cet article, cliquez immédiatement sur le lien ci-dessous pour y répondre, ne reportez pas votre réponse sinon, vous serez pris par autre chose et ne vous ferez pas entendre. Qu’importe le style, les fautes d’orthographe et de sémantique, exprimez vous! Toutes ces réponses vous seront restituées sous forme d’un « livre blanc » au format PDF, avec tous vos messages, anonymement, afin d’avoir un outil de travail et de réflexion. Vous pouvez ne mettre que quelques phrases ou vous lâcher complètement, vous avez le droit de ne pas être d’accord avec mes propos. Vous pouvez parler d’autres choses que de ces ordonnances.

Cliquez ici pour vous exprimer !

Stéphane Riou

Présidence de la Chambre Syndicale de la Photographie Professionnelle (C.S.P.P.)

3 réflexions au sujet de « Allumer le feu ! La suite »

  1. Je n’arrive pas à comprendre la motivation de ce gouvernement à proposer une hausse du chiffre d’affaire du statut auto entrepreneur et maintenant micro entreprise. Presque plus de 60 000 € pour les biens et service on est plus dans la micro mince.

  2. Un auto-entrepreneur fixe ses tarifs sans prendre en compte la tva. Et la réaction face à la transition vers un assujettissement à la tva est souvent … de rester au dessous du seuil par tous les moyens légaux ou pas !
    Il me paraitrait logique que la tva soit plus simple à gérer pour les auto-entrepreneurs, surtout avec les outils en ligne de l’administration fiscale, mais qu’elle soit obligatoire dès le seuil des 4000 Euros de CA.

  3. Comment peut on mettre en concurrence des gens qui n’ont pas les mêmes règles du jeu ?? Je ne compare jamais la différence de qualité de travail, mais la différence de charges (surtout les 20% de Tva) entre un artisan installé depuis plusieurs années et un micro entrepreneur qui fait au minimum 20% moins cher. Le client se fout du statut social, il regarde la qualité et le prix (souvent en premier) et pour lui 20% moins cher c’est déjà ça de gagné ! On n’a jamais vu Usen Bolt gagner un 100 mètres quand ses adversaires ont 20m de moins à courir !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.