Procès Verbal d’assemblée générale 2018

Mesdames, Messieurs les membres de la C.S.P.P.

Le 26 mars 2018 s’est tenue l’assemblée générale de la C.S.P.P. clôturant les comptes et les actions de l’année 2017.

La séance a démarré à 10h30.

Étaient présents, ou représentés

Viviane Basquine
Christian de Brosses
Gilles Clain
Philippe Godefroy
Claude Homburger
Luc Hourriez
Gil Quemoun
Stéphane Riou
Thierry Seguin

Le quorum étant atteint, les travaux de l’assemblée peuvent démarrer.

1. Approbation du rapport moral du président de la C.S.P.P.

Rapport moral du président.

Mesdames, Messieurs,

Ceci est le rapport de la première année où la C.S.P.P. s’est trouvé libre de toute entrave et de tout lien avec une autre organisation professionnelle.

Depuis mars 2017, et les décisions prises lors de notre dernière assemblée générale, voici les actions qui ont été menées par le bureau de la C.S.P.P.

Continuité de la communication par le site internet de l’association et sur les réseaux sociaux.

Tout au long de l’année, demande a été faite auprès des responsables du salon de la photo afin d’avoir un stand sur ce salon. La réponse définitive au mois de septembre nous a gratifié d’une fin de non-recevoir.

Une nouvelle demande sera effectuée ces prochains jours afin d’essayer d’être présent cette année sur le salon.

Le site a reçu près de 2345 visiteurs pour 5178 visites. Il n’y a pas eu de grands bouleversements dans la profession pour booster les visites.

Nous manquons toujours de participation aux écrits des membres du groupement.

Il nous a manqué l’organisation d’une exposition cette année. Il serait bon, pour l’année qui vient, d’organiser une exposition photographique dans un lieu permettant une qualité de visite (salon de la photo ?)

Dans le cadre d’une reconnaissance par l’état du métier de photographe et du lien de cette profession avec l’art, nous avons commencé, au mois d’août, une première visite avec le ministère de la culture. D’autres contacts sont à prévoir cette année, avec le ministère des finances et de nouveau avec le ministère de la culture pour évoquer les problèmes de TVA et les problèmes de concurrence déloyale se présentant sous forme d’entreprises mettant en contact des « voisins » pour réaliser des reportages, le tout à l’échelle nationale.

Une formation a été préparée avec un photographe réputé pour la qualité de son travail. Elle n’a pu aboutir. Nous nous trouvons confronté à un problème majeur. Si nous voulons pouvoir gagner une peu d’argent par l’organisation des formations, nous devons facturer nous même les stagiaires et donc, devenir centre de formation, ce qui est impossible actuellement pour des questions simplement de disponibilité temporelle. Il peut être envisagé une facturation au formateur en tant qu’apporteur d’affaire pour l’avenir.

Dans ce cadre, une charte a été étudiée avec l’AFMI, pour aboutir à un demi-échec actuellement, ou la C.S.P.P. pouvait percevoir une somme par stagiaire amené mais à condition que les formations aient lieu uniquement au sein des locaux de l’AFMI.

Une opération a été réalisée aux mois d’octobre et novembre 2017 pour venir en aide à la profession sur les îles de St Martin et de St Barthélémy. Cette opération consistait, après appel de photographes sur les îles, d’équiper un point sur chaque île ou les photographes auraient pu réaliser des prises de vue d’identités, permettant de garder une visibilité de la profession et de faire rentrer un peu de trésorerie.

Il se trouve que en individuel, l’idée plaisait mais, il n’a pas été possible d’organiser un regroupement des intéressés sur place. Notre vocation n’étant pas d’équiper un point de vente en concurrence avec les autres, le projet a été abandonné alors que nous avions, par les dons des fournisseurs, tout le matériel nécessaire pour monter le projet. Courriers de remerciements a été émis envers les différents fournisseurs qui nous ont suivis et publication sur le site de la C.S.P.P.

Une journée de formation/information a été réalisé avec la présence de Fujifilm et de Filmolux. Elle a eut lieu dans le studio de Bernard LANGUILLE que nous remercions pour nous laisser souvent la disponibilité de ce lieu.

Des journées plus nombreuses, et prévenues plus tôt seront organisées cette année.

Nous travaillons toujours en contact avec la FNP, qui est à ce jour le seul syndicat apte à défendre la profession, au niveau compétence, moyen et présence lors des réunions. Nous avons aussi eu l’occasion de prendre contact avec l’UPP au moment du salon de la photographie pour étudier d’éventuels rapprochements.

Ces deux organisations sont les seules actuellement a pouvoir agir sur la vie légale, juridique des photographes. Nous désirons donc participer à leurs efforts et les soutenir financièrement pour le travail qu’elles réalisent, l’une pour les artisans et les commerces, l’autre pour les auteurs. Pour cela, chaque adhérent sera d’office affilié à l’un de ces deux groupes de défense, selon son statut ou sa préférence si l’adhérent possède les deux statuts. L’adhésion à la C.S.P.P. est donc proposée plus élevée afin de prendre en compte cette adhésion complémentaire. De cette façon, la C.S.P.P. pourrait servir de point de réunion entre les photographes auteurs et les artisans.

Une plainte contre X a été déposé au tribunal pour harcèlement de la part de l’ancienne directrice générale du GNPP National. Nous n’avons pas beaucoup d’informations, sauf que cela porte sur des faits arrivés pendant la campagne électorale de l’été 2016… Il est probable que nous aurons plus d’informations dans le courant de l’année. Il est bon de n’avoir pas pris ces faits à la légère au mois de septembre 2016 et d’avoir dénoncé ceux-ci à l’inspection du travail.

Il est a noter un gros travail de notre trésorier, Christian de Brosses, permettant un nettoyage aux niveaux des comptes bancaires de l’association, comptes disséminés dans plusieurs banques. Il vous en parlera lors du compte rendu du trésorier.

Un travail a été commencé aussi avec Christian de Brosses et Claude Homburger, sur l’étude de contrats de prise de vue, permettant de recadrer les obligations légales et les besoins de protection d’un photographe établissant un document en vue d’une prise de vue.

Au bilan de cette première année « autonome », la C.S.P.P. reste force de proposition. Il serait souhaitable de nous organiser mieux afin de faire participer nos adhérents, selon leur souhait et leurs compétences, à l’évolution des travaux de la C.S.P.P.

Paris, le 26 mars 2018

Stéphane Riou
présidence de la C.S.P.P. (Chambre Syndicale de la Photographie Professionnelle)

Avant le vote, Christian de Brosses, membre du bureau, nous lit une communication par mail de Thierry Seguin, membre du bureau, qu’il représente par son pouvoir. Je vous joins le courrier en pièce jointe avec les commentaires émis lors de l’assemblée pour tempérer ses propos.

Réponse à Thierry Seguin

Rapport moral du président accepté à l’unanimité moins 1 voix (Thierry Seguin)

L’assemblée prend note de travailler sur les dates de réunion de bureau et de transmettre les dates d’assemblées plus tôt. L’assemblée prend note de la remarque de Thierry, membre du bureau, du manque de rapports écrits des réunions de bureau. Tout cela entrant dans le cadre du rapport moral du président sur la nécessité de mieux nous organiser.

2. Approbation du rapport financier, présenté par le trésorier de la C.S.P.P.

Rapport Moral du Trésorier de la C.S.P.P sur Exercice 2017
C.S.P.P
23-25, rue Jean-Jacques Rousseau 75001 Paris
tresorier@lacspp.pro

Chers membres de la C.S.P.P,

Comme décidé à l’AG de l’an dernier, notre comptabilité est passée en année civile.

J’ai procédé au changement d’expert-comptable avec une réduction de 11 %.

Le résultat de cette année sur 14 mois fait état d’un déficit de 28 € que je propose d’affecter au poste de réserves contre un déficit de 1580 € sur l’exercice précédent.

Nouveaux postes : domiciliation et frais bancaires internet.

Location de salle : charge trop importante à supprimer.

Nécessité de faire rentrer l’agent par des déjeuners et dîners formations et informations ou autres actions.

Aucune proposition n’a été formulée dans ce sens depuis la dernière réunion de bureau en visio-conférence.

Compte livret (2187 €) Crédit Mutuel rapatrié sur BNP.

Pas d’exposition réalisée au cours de l’exercice ! Formation d’une commission exposition.

En ce qui concerne l’éventuelle intégration dans la cotisation des membres de la CSPP à d’autres organisations professionnelles, je n’ai eu aucun retour de la FNP à ma demande en copie ci-dessous et je pense que cette décision relève d’une résolution d’AG. Je déconseille cette résolution en l’absence de confirmation écrite des modalités.

Mail à Philippe Paillat Président de la FNP et à Laurent Coursault Trésorier FNP
Paris, le 06/03/18

Cher Philippe, Cher Laurent,
Après discussion avec Stéphane, nous souhaitons soutenir à plus grande échelle la défense de la profession au travers de la FNP et pour cela envisageons d’intégrer dans la cotisation de la C.S.P.P de nos adhérents celle de la FNP.

Etant le trésorier actuel, de la C.S.P.P, étant échaudé pour ne jamais avoir reçu de justificatif à mon adhésion FNP de 2017 (le bulletin d’adhésion malgré sa mention ne satisfait aucunement mon expert-comptable), je ne souhaite pas mettre la charrue avant les boeufs.

La solution envisagée est-elle possible et dans quelles modalités ?
Notre AG étant le 26/03/18 une réponse rapide permettrait d’envisager une collaboration plus étroite entre nos deux organisations.

Bien cordialement,
Christian

Christian de Brosses

Bilan 2018 de la C.S.P.P.

Le rapport moral du trésorier est accepté à l’unanimité

3. Approbation des comptes et affectation du résultat au poste de réserves

Résolution acceptée à l’unanimité

4. Proposition d’élire de nouveaux membres au bureau de la C.S.P.P.

Luc Hourriez a demandé à rejoindre le bureau dans un désir de s’investir plus dans notre groupement.

La proposition est acceptée à l’unanimité. Luc Hourriez rejoint donc le bureau de la C.S.P.P.

5. Présentation des projets pour l’avenir de la C.S.P.P. Et ses options pour la profession.

Actuellement, la C.S.P.P. est enregistrée comme syndicat auprès de la préfecture. Cet enregistrement de fait est sans aucune possibilité d’action dans la réalité, n’ayant aucune représentativité officielle auprès des pouvoirs publics pour prendre part à quelque négociation que ce soit en commission paritaire ou autre rassemblement professionnel.

Actuellement, seule la FNP a un pouvoir de négociation, de discussion et de signature d’accords en regard à la profession pour les artisans. L’UPP, quand à elle, remplit ce rôle pour les auteurs.

L’idée originelle présentée était de faire adhérer nos membres directement à l’une de ces organisations, selon le choix de l’adhérent. Cette formule nous permettait de participer financièrement à la défense directe de nos professions au niveau structurel, légal, juridique.

Nous nous retrouvons donc, en déléguant cette défense à la FNP et à l’UPP, dans un simple travail de communication, de défense commerciale et de défense générale de la profession.

En assemblée générale a été proposée l’idée de devenir une entité à vocation commerciale permettant de défendre notre activité en direction du grand public et non des pouvoirs publics. (Thierry, l’idée ne venait pas particulièrement de moi).

Le fait de passer en entité commerciale nous permettrait d’adhérer nos membres à la FNP pour 60 Euros au lieu de 180 Euros, nous permettant de limiter l’augmentation des cotisations.

Malgré que nous avions le quorum et pouvoir pour voter cette cotisation sur une base de 290 Euros, nous préférons que tous les membres puissent s’exprimer et débattre sur cette évolution de la C.S.P.P.

C’est pourquoi nous vous proposons une Assemblée Générale Extraordinaire, le lundi 14 mai 2018 à 14h30.

La convocation et l’ordre du jour vont vous être envoyés ces jours-ci ainsi que le lieu de réunion.

Des réunions de bureau sont programmées pour l’année :

Le 4 mai – 19h30 chez Christian de Brosses (Paris)
Le 18 juin – 19h30 chez Stéphane Riou (Montrouge)
Le 17 septembre – 19h30 lieu à décider
Le 9 novembre, pendant le salon de la photographie – 19h30

De nouvelles réunions vont être organisées le soir, sous formes de réunions dînatoires (organisation de la prochaine par Viviane Basquine) – date prochainement

Cette année, nous allons classer et valoriser nos archives. Nous avons des livres, des documents. Nous pensons utiliser ces contenus pour nous ouvrir vers le grand public passionnés de photographies (histoire) et voir à trouver des solutions de communication de nos métiers et de notre savoir faire de professionnels de la prise de vue.

Il y a tout juste 3 ans, un de nos anciens adhérents mettait fin à ses jours. L’année dernière, un autre photographe a décidé de partir. D’autres ont fermés leurs studios suite à des « accidents de la vie ».

Dans quelles mesures pouvons nous aider les professionnels en perte d’activité, ou se pensant face à un mur à se ressaisir, à rebondir. Je ne parle pas d’action financière, mais de formation, de management, d’idées, d’attentions pour aider un photographe « à se remettre en selle ».

Peut-être par anticipation en nous fournissant des moyens de mieux communiquer, par des outils, des formules, des idées d’animations ou d’opérations. Une mutualisation d’idées est peut-être facilement envisageable.

Toutes vos idées sont les bienvenues et il sera bon d’en discuter tous ensemble.

17h20 – Fin de l’assemblée générale du 26 mars 2018

5 réflexions au sujet de « Procès Verbal d’assemblée générale 2018 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.