La dilution de la responsabilité

La dilution de la responsabilité !

Une phrase en soi de peu d’importance, mais qui, aujourd’hui, en mars 2020, en France, coute des vies. Une phrase qui peut obliger des soignants à devoir faire le choix atroce de qui doit vivre et qui doit mourir !

Le confinement médical est une procédure stricte de limitation des contacts entre personnes afin d’éviter tout risque de contamination. Ce n’est pas une période de repos, ou on peut aller faire son jogging, même seul, aller sur la plage, même seul, faire n’importe quoi hors de chez soi, même seul !

Plusieurs personnes qui font du jogging, même seules, cela devient une zone de promiscuité, de gens soufflants, expirants de l’air de manière importante.

Le confinement n’est pas une règle d’isolement, c’est une règle qui dit : restez chez vous ! Vous n’êtes pas en vacances sur la plage.

Nous sommes au début du printemps, il fait beau, c’est agréable. C’est aussi, en temps normal, la période des angines, des rhumes, de tous ces petites maladies qui nous rappellent que nos défenses immunitaires sont faibles au sortir de l’hivers, contrairement aux microbes, et qu’ils n’est pas bon d’aller profiter du soleil en T-shirt dehors. N’allons pas encombrer nos services médicaux, aujourd’hui, avec ces maladies évitables avec un peu de bon sens.

De même, les applaudissements le soir, à 20h en hommage à nos soignants et à tout ceux qui font encore vivre le pays. evitez, comme cela se voit, d’être en vêtements légers à la fenêtre, mettez un pull !

Rappelez vous cette phrase, que l’on se rappelle tous les ans lorsque nous sommes soumis à la tentation des premiers beau jours : en avril, ne te découvre pas d’un fil.

La responsabilité individuelle, c’est respecter un effort de groupe, mettre nos actes en accord avec les besoins du groupe. En début de crise, nous, en masse, n’avons pas pris conscience de la gravité de cette épidémie. C’était une catastrophe en Chine, c’est loin, et puis nous, on est en France. Je me rappelle une personne me disant, dans mon magasin (ancienne ministre) : « Les journalistes exagèrent, l’épidémie ne fera pas de dégâts en France, il ne faut pas s’inquiéter, nous avons un système de santé performant… ».

Le but d’un responsable, politique, syndical, d’entreprise, de famille, c’est de toujours envisager le pire pour essayer de l’éviter. Si le pire n’arrive pas, tant mieux, sinon, on essaie d’être prêt !

Le meilleur service à rendre à notre pays, à ces soignants qui travaillent en étant pleinement conscients, eux, des risques qu’ils prennent, c’est de rester chez vous ! Ça, c’est de la responsabilité individuelle ! Et si cela ne suffit, pas, pensez que c’est le meilleur service, égoistement, à vous rendre à vous !

Stéphane Riou
président de la Chambre Syndicale de la Photographie Professionnelle

Ce contenu est réservé aux adhérents de la C.S.P.P. Si vous êtes membres, merci de vous identifier avec votre mot de passe dans le menu.