Les professions de la photographie citées lors de la conférence du 8 octobre 2020

En provenance de la FNP, Fédération Nationale de la Photographie, un résumé des aides pour la profession dévoilées lors de la conférence de Ms Olivier Veran et Bruno Le Maire.

Les professions de la photographie citées lors de la conférence du 8 octobre 2020

Le jeudi 8 octobre, le ministre de la santé Olivier Veran et le ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire ont tenu une conférence de presse conjointe. Voici un résumé de ces interventions.

Deux choses ressortent de cette conférence :

  • Un état sanitaire du pays qui se dégrade
  • Un développement des aides pour les entreprises, dont les photographes.

Pourquoi parler de l’Etat sanitaire ? Parce que celui-ci joue de façon directe sur nos activités de photographes.

Intervention d’Olivier Véran :

La situation continue de se dégrader en France. Plusieurs métropoles passent en zone d’alerte supérieure :

  • Dijon et Clermont-Ferrand passent en alerte renforcée à partir de samedi matin.
  • Lille, Grenoble, Lyon et St Etienne passent en alerte maximale samedi matin.
  • Toulouse, Montpelier vont bénéficier de quelques jours d’observation avant une possible bascule lundi matin en alerte maximale.

En contrepartie, une amélioration s’annonce pour les départements de la Nièvre et du Morbihan qui sortent de la zone d’alerte.

  • Pour Nice, Bordeaux, Renne et Aix-Marseille, la situation s ‘améliore mais pas de diminution de l’état d’alerte.

Le plan blanc dans les hôpitaux franciliens a été enclenché. Cela signifie la déprogrammation possible des opérations. Des augmentations de lits en réanimation peuvent ainsi se faire au prix d’une diminution des soins.

Intervention de Bruno Le Maire

Suite à la recrudescence de l’épidémie, des mesure sanitaires rigoureuses mais nécessaires sont mises en place, ayant un impact sur l’économie de notre pays.

L’Etat répondra aux préoccupations de tous les français, salariés, auto-entrepreneurs, commerçants, artisans, indépendants face à la crise économique en particulier dans les secteurs les plus touchés par la crise, les secteurs de l’hôtellerie, la restauration/café, les salles de sport, la culture, l’événementiel et les mondes associés tel la photographie, les fleuristes, les graphistes, les traiteurs… Il y aura un accompagnement de chacune de ces professions.

Il y aura continuation du soutien tant que la crise sanitaire continuera.

Un des instruments les plus efficaces est le fond de solidarité, en place depuis début mars. Il a déjà utilisé 6 milliards d’euros. Il ne couvre malheureusement pas toutes les situations.

Un élargissement et un renforcement du fond de solidarité qui, depuis juillet, couvre le tourisme, l’événementiel, la culture et le sport. Vont s’inclure de nouvelles activités dans le fond (fleuristes, photographes, blanchisseries, bouquinistes, arts de la table, graphistes …). 75000 entreprises de plus, liées indirectement aux premières entreprises impactées, vont être ainsi intégrées dans les 150000 d’aujourd’hui.

Les modifications :

Des entreprises de moins de 20 salariés au début de la crise, le fond s’élargit aux entreprises jusqu’à 50 salariés.

Il s’active en cas de fermeture administrative ou d’une perte de CA jusqu’à 70% sur le site impots.gouv.fr sur une simple base déclaratoire.

L’aide est portée de 1500€ jusqu’à 10000 € selon les cas.

L’activité partielle est prolongée afin de protéger les salariés et conserver les compétences.

Pour les entreprises événementielles, le tourisme, la culture, les salles de sport, le chômage partiel sera pris à 100% par l’Etat avec 0 reste à charge pour l’entreprise jusqu’à fin de l’année 2020.

Exonération de toutes les cotisations sociales pour les entreprises fermées administrativement ou à horaires réduits avec une perte de CA d’au moins 50% jusqu’à la levée des mesures de restriction.

Pour les entreprises fermées (y compris celles rajoutées pour le fond de solidarité dont les photographes) elles peuvent bénéficier de cette exonération de charges sociales de façon rétro-active de février à juin.

Le prêt garanti par l’Etat au taux de 0,25%, garantie de l’Etat incluse. Pour ceux qui ne pourront le rembourser avant la fin de l’année, le taux final sera au maximum entre 1 et 2,5% pour les PME TPE en fonction de la durée du remboursement ( de1 à 6 ans )

Un prêt participatif de 7 ans minimum pour des fonds propres sera créé à partir de janvier (taux à déterminer).